Une Chelsea "Mark 1 - Deck Clock US NAVY" de 1942

Une 16 cm - fond noir. Le numéro de série Chelsea est 391466 - son numéro d'inventaire US NAVY est le 41194 et la date (1942) est inscrite sur le cadran.

Achetée où ?

J'ai trouvé cette horloge à la vente sur ebay, chez Jean-Marc Pannier un brocanteur localisé dans la région de Cannes dans le sud de la France : jeanmarcpannier06@gmail.com
Elle provient de la succession d'une personne qui possédait un voilier dans la région.
Le Débarquement de Provence en 1944 ayant eu lieu dans cette région, on pourrait supposer que cette horloge provienne d'un surplus US après la guerre.

La clef de remontage n'est pas d'origine et la protection devant le cadran est craquelée.

Mise en situation

Dans ma cuisine, à côté de ma "Chelsea U.S. Army Message Center Clock".
Placer le "Che" entre deux horloges de marine US a un petit côté "cocasse" ;-)

La Chelsea "Mark 1 - Deck Clock US NAVY"

Il s'agit d'une "horloge de pont" destinée à être placée à l'extérieur d'un navire et donc fortement soumise à l'eau, aux embruns et au sel qui risqueraient d'altérer l'horloge.
Il était donc fondamental de protéger le mécanisme au maximum.

Pour cela l'ensemble est placé dans un bâti de bakélite très épais. Une "Chelsea normale" a une hauteur de 7 cm, une "Chelsea Ship Bell" en métal a une hauteur de 9 cm. Là nous avons une horloge de 12 cm de hauteur.

 

Il y a plusieurs "strates" de protection

Tout le système de remontage et d'ajustement se trouve derrière le cadran (et non devant). Il est localisé à l'intérieur de l'horloge => le cadran n'est pas accessible - par le devant - et la "partie vitrée" devant est "scellée" dans le bâti.

On observe ici le mécanisme - entre WIND et SET qui permet de "fermer les écoutilles"...

- WIND = remonter l'horloge
- SET = ajuster l'heure

Le mécanisme d'ouverture

Il est - par la droite - à l'inverse des "Chelsea" classiques.
- Les "Seth Thomas" (voir plus bas) avaient un mécanisme d'ouverture par la droite => le gond est à gauche.
- Pour les "Chelsea", c'est l'inverse : un mécanisme d'ouverture par la gauche => le gond est à droite.

Les protections

  • Il y a un dispositif de protection en caoutchouc entre le bâti 1 et le bâti 2
  • Les deux bâtis se désolidarisent facilement grâce à un gond amovible
  • Il y a un système de fermeture pour protéger le mécanisme
  • Sous le "local" de la clef, il y a un autre espace localisé avant le dispositif de fixation sur la cloison du navire
  • Dans cette espace, il y a une sorte "d'éponge" destiné probablement à "capter l'humidité"

Le craquelage de la vitre

La première matière plastique industrielle basée sur un polymère synthétique est la bakélite.
J'ai beau retourner l'horloge dans tous les sens... La "vitre" devant le cadran est en plastique et non pas en verre comme cela était le cas des horloges à ces dates.
Il n'est pas vraiment possible que cette vitre ait été remplacée par la suite.
Dans les années 30, la firme Seth Thomas (voir plus bas) avait une usine en Allemagne et a pu peut-être profiter de l'expérience de firmes chimiques comme Ciba, Henkel ou IG Farben qui ont beaucoup travaillé sur les produits de synthèse avant et durant la deuxième guerre mondiale.
Mon opinion (mais je ne suis pas sûr) est que le plastique utilisé n'était pas encore vraiment au point pour l'époque. Il s'est craquelé au cours du temps.

Qui a copié ?

En cherchant sur internet, j'ai trouvé la photo d'une "Seth Thomas -  Mark I Deck Clock US Navy" qui semble être la "copie conforme" de la "Chelsea".
Seules différences : la graphie des chiffres des heures et le positionnement du cercle fluorescent en plus(+) pour le 12. Et l'ouverture par la droite.

Les deux firmes "Chelsea" et "Seth Thomas" n'étaient pas vraiment sur le même marché.
"Seth Thomas" était plutôt spécialisé dans la "production de masse" d'horloges d'intérieur pour des particuliers => genre "horloge comme chez grand-mère". La production d'horloges de marine militaire par "Seth Thomas" était plutôt marginale et une opportunité de business de la part de cette firme capable de produire en masse des mécanismes à bas prix.

Étant entendu que les "mécanismes d'ouverture par la droite" sont plutôt le style des "Seth Thomas".

Mon interprétation serait la suivante

Je ne sais pas si elle est véridique, mais elle me semble acceptable...

Rappel

Toutes les "Chelsea" ont un mécanisme d'ouverture par la gauche => le gond est à droite.

Sauf que dans la situation d'une horloge avec un remontage vers l'arrière, cela ne colle pas vraiment...

Voici la situation "Seth Thomas"

Une ouverture à droite

Voici ce que aurait été la situation "Chelsea"

Une ouverture à gauche et ici je me suis contenté d'inverser le cliché gauche-droite.

Sauf que cela ne colle pas du tout

Je me contente de ne faire qu'une analyse d'usage : "main gauche" et "main droite".
- Dans la situation d'un gond situé à gauche => c'est la main droite qui réalise les actions => dans la situation d'une "Seth Thomas", l'action de remontage de l'horloge est complétement naturelle => elle est réalisée par une main droite.
- Dans la situation d'un gond situé à droite => c'est la main gauche qui réalise les actions => dans la situation d'une "Chelsea", l'action de remontage de l'horloge ne colle pas très bien => elle serait réalisée par une main gauche.
Et cela ne va pas très bien puisque qu'il y a plus(+) de droitiers que de gauchers. Je prie les gauchers de m'excuser pour cette interprétation. :-)

Mon opinion

=> Ce n'est pas "Seth Thomas" qui a copié "Chelsea" mais l'inverse.
La firme "Seth Thomas" a été plus "maligne" que "Chelsea" pour remporter l'appel d'offre de l'US Navy et a proposé un système plus adapté pour les droitiers.
"Chelsea", qui était resté dans son système "d'ouverture par la gauche" dont il avait l'habitude, a perdu le marché mais a ensuite copié la "Seth Thomas" pour suivre le dit marché....

Pour en savoir plus sur la marque "Seth Thomas", voir cet article...

Rubrique :