Horizon 2020

À méditer... et éventuellement s'y préparer - hi hi hi
+ un peu de réflexion

En théorie vous n'êtes pas censé avoir cela sous les yeux, mais bon bref => on va dire que les visuels joints dans ce mail ne sont pas à transmettre à d'autres personnes.
En revanche, en parler vaguement dans une conversation de salon, c'est possible => disons que vous avez une "chtite longueur d'avance".
Et par pitié, ne balancez pas cela dans vos réseaux sociaux...

Attention, ce n'est pas pour tout de suite, mais à horizon 4 ans.

Au titre d'élu, j'ai eu une présentation faite par la structure CITEO qui est le rapprochement d’Eco-Emballages et de Ecofolio.
Il s'agit d'une organisation qui regroupe et fédère toutes les "parties prenantes" des filières de recyclage.

Cette présentation est un gros fichier PDF de 34 pages, dont je n'ai extrait que 4 visuels => le reste est du bla bla bla et on s'en fout.

Elle présente les objectifs à l’horizon 2022 concernant les filières de recyclage
= > Mettre en place - d’ici 2022 - l’extension des consignes de tri à l’ensemble des emballages ménagers plastiques => Préparer la simplification du geste de tri pour les citoyens.

Le visuel le plus intéressant est le 003
=> à horizon 2022 = TOUS les emballages en plastique pourront être placés dans le bac de tri qui va bien.
=> plus(-) d'hésitation pour savoir si ce contenant plastique doit aller dans le bac de tri ou bien dans les ordures ménagères (la poubelle classique)

------------------------------------------
Exemples :
- La bouteille d'eau minérale genre "Evian" => à moins d'être Cotorep ++, l'usager sait que cela est recyclable => En ville = dans la poubelle en bas qui va bien. En campagne = dépôt dans le PAV (point d'apport volontaire) celui avec le gros trou carré.
- Le pot de yaourt en plastique ou l'emballage de gruyère rappé => Arghhh !
Avant 2020  (soit actuellement) => dans la poubelle des ordures ménagères (la poubelle classique) et surtout pas dans un geste de tri sélectif, car l'emballage a contenu de l'alimentaire.
Après 2020 => Ce serait désormais trié dans le même lieu que les flacons de liquides vaisselle, la boîte de conserve en métal, ou la brique de lait ou de jus d'orange.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Conséquences et je ne me place pas dans ma situation à moi => j'habite une maison et donc j'ai de la place à l'extérieur pour stocker des choses.

Je me place dans la situation d'un citadin.
OK c'est super bien mais le geste de tri va devoir changer.
- D'un côté, ce que je place dans la poubelle "classique"=> le sac en plastique de la cuisine qui part le matin (en allant au travail) dans la grosse poubelle qui se trouve dans le local poubelle en bas de l'immeuble. Souvent - en ville - cette grosse poubelle a un couvercle vert.
- D'un autre côté, la poubelle de tri - grosse poubelle qui se trouve dans le local poubelle en bas de l'immeuble - elle a souvent un couvercle jaune.

Désormais (horizon 2020) je vais pouvoir placer tout emballage plastique et quel qu'il soit et qu'il ait contenu de l'alimentaire ou non dans la poubelle à couvercle jaune.
=> Je déporte des choses qui allaient avant dans la poubelle à couvercle vert, vers celle à couvercle jaune.
Je ne change rien concernant mon volume de déchet, car - au passage - réduire son volume de déchet est une toute autre démarche.
Je ne fais que passer des choses d'un contenant vers un autre (principe des vases communicants).

Sauf que...
Encore une fois je me place dans le point de vue d'un citadin.
Avec deux angles différents =
- Ce qui pue et ce qui ne pue pas
- Ce qui est encombrant et ce qui ne l'est pas

Actuellement c'est simple (euh...) et je prend à dessein l'exemple de la "Rouillé connexion" (Céline et Fabrice).
1 - La poubelle principale (ordures dites ménagères) = une vraie poubelle qui est placée dans la cuisine => un sac poubelle classique qui part de temps à autre dans la grosse poubelle à couvercle vert.
2 - Le sac pour le tri. je prend aussi à dessein le terme de sac puisque chez les Rouillé, il s'agit d'un gros sac en papier genre sac de grand-magasin - cela part de temps à autre (mais moins souvent) dans la grosse poubelle à couvercle vert.  Ce sac est placé dans le cellier de leur appartement => une porte à ouvrir depuis la cuisine pour y accéder.

Dans la poubelle 1 = les ordures ménagères actuelles + les déchets végétaux (difficile de composter en ville - même moi je ne le fais pas...) + en ce moment les couches du bébé...
Dans le sac 2 = Papier, emballage carton, flacons et bouteilles plastique, métal etc. donc du classique.

Après
Nous allons vers une inversion des modes de pensée concernant le "geste de jeter".
Pour faire simple : La poubelle de tri va devenir la poubelle principale.
Cette dernière devra donc avoir :
1 - Un volume plus important
2 - Un positionnement identique à la poubelle classique dans le lieu de vie (la cuisine)
3 - Une étanchéité correcte, car y placer désormais des emballages plastiques qui ont contenu de l'alimentaire => odeurs

À méditer...

Dans mon "discours verbeux" j'ai omis le verre car il est géré en ville au coup par coup => dans le PAV avec le trou rond = facile et bien qualifié depuis bien longtemps.

-----------------------------------------------------------
Un peu de "philosophie politique" de BP... hi hi hi
Voici comment je vois les choses en me projetant dans les 10 années qui viennent.
Le vieux principe du "pollueur - payeur" et en simplifiant très fort.

À la campagne, chez moi à St A c'est facile puisque j'ai une poubelle d'ordures ménagères individuelle.
Elle a une puce électronique, et je paie (hors le forfait) au poids et à la levée par le camion poubelle.
Le "pollueur - payeur" est donc moi et de façon bien qualifiée => je suis frappé au portefeuille de façon bien nette.

En ville c'est plus délicat puisque ce sont des poubelles collectives.
Le paiement des frais d'ordures ménagères est placée dans la taxe d'habitation.
En clair le "pollueur - payeur" est dans ce cas => la co-propriété

Voila comment je verrais l'avenir (à horizon 10 ans) puisque nous vivons dans un monde de flicage, de puce électronique et d'informatique.

1 - Dans une copropriété, le nombre de logements et d'habitants est bien connu
2 - On connait le volume moyen d'ordures ménagères (classiques) par habitant qui peut être analysé localement / secteur d'habitation et par centre de collecte
3 - Les poubelles collectives de la copropriété seront (à terme) équipées de puces électroniques
4 - Il sera ainsi possible de savoir quelles sont les copropriétés qui sont "vertueuses" et celle qui ne le sont pas au niveau des déchets.
5 - Une copropriété "pointée" comme étant plus "pollueuse" que les autres sera contrôlée => genre : on vide les poubelles classiques et on regarde
6 - C'est ainsi l'ensemble de la copro qui sera "taxée" sur la taxe d'habitation et donc au Syndic de gérer cela dans les réunions annuelles de copro

Ça fait peur non ?