Les flammes de mon dispositif de chauffage

Je ne vais pas vous faire la chanson que l'on voit sur internet et concernant les trois phases de combustion du bois soit :

Le séchage, la pyrolyse et l'oxydation... Moi je n'y comprend rien et je m'en moque.

Je n'ai compris qu'un truc, qui est : plus la flamme est bleue ou orange très sombre et meilleur c'est au niveau de la chaleur émise.

Si vous avez un "bon lit de braises" avec de bonnes flammes bleues ou sombres, ne faites rien et n'ajoutez pas tout de suite une buche supplémentaire sinon vous allez avoir des flammes jaunes qui chauffent moins.
Attendez un peu...
Il est vrai qu'une belle flambée (comme dans les films) avec de chouettes et grandes flammes jaunes - orangées, c'est super joli et très plaisant à regarder mais cela chauffe moins et vous consommez du bois inutilement.

Et puis aussi on m'a parlé de la "double combustion" ou "post combustion"

Tous les poêles à bois modernes disposent de ce système => ce n'est donc plus un argument de vente.
Et cela marche comment ? Je me rappelle un peu => allez chercher le principe sur internet.

Et c'est bien ? Ben cela a l'air...
Et j'ai à faire quelque chose pour la mettre en oeuvre cette "double combustion" ? Non... le poêle se débrouille tout seul...

Et bien au titre de "gros feignant", cela me va très bien... et donc je n'ai pas besoin de savoir, quoique...
En regard avec ma remarque précédente concernant les belles flammes jaunes qui sont - à mon sens - inutiles et dangereuses.

Je le dis avec mes mots à moi...

Je vais me faire taper sur les doigts par les experts mais voilà ce que j'ai à peu près compris et je m'en contente très bien.

La double combustion permet d'optimiser les performances du poêle tout en limitant la pollution liée à la combustion.

On part ici du fameux "triangle de feu"... Vous savez ? ce que vous avez appris lors de votre stage volontaire à la caserne des "pompons"...
Il faut : un combustible (ici le bois), un comburant (de l'oxygène) et de la chaleur.

Lors de la combustion, le feu utilise l'oxygène contenu dans l'air = comburant. C'est pourquoi les poêles sont équipés d'une arrivée d'air : c'est elle qui alimente le feu. Or, le « souci» vient du fait que, cette première combustion est rarement complète. C'est-à-dire que le feu ne peut jamais avoir assez de comburant (l'oxygène contenu dans l'air), pour achever la combustion.
La combustion incomplète a donc deux effets : elle ne permet pas d'exploiter tout le potentiel énergétique du combustible et peut être davantage polluante.

Pour compenser cette combustion incomplète, la seule solution est donc d'exploiter ces gaz issus de la première combustion. Pour cela, il faut une seconde arrivée d'air qui apportera du comburant (toujours l'oxygène) qui servira à « brûler » ces gaz.

Pour faire simple et si j'ai bien compris, nos fameux gaz reviennent dans le foyer pour terminer leur combustion et ainsi produire encore de la chaleur et éviter de moins polluer l'extérieur en passant dans le conduit de cheminée.

Les poêles à double combustion bénéficient donc d'une conception spécifique qui permet d'une part de ralentir les gaz et de les récupérer (les faire revenir dans le foyer) et d'autre part de les réchauffer, grâce à l'énergie générée par la combustion.
Il y a ainsi bel et bien une seconde combustion, qui se fait après la première.

D'ailleurs dans un poêle à bois moderne, on peut le constater fort bien :
Nous avons les buches avec les flammes de combustion primaires bien dessus, et puis des flammes derrière, qui sont plus sombres et qui semblent danser sur rien du tout => ce sont les gaz qui sont revenus pour "re-brûler" à nouveau.

Au passage, la notion de post-combustion pour un avion à réaction fonctionne exactement de la même façon...
De même que pour une arme automatique, il y a une "prise de gaz d'échappement" de la balle qui est utilisée pour éjecter la munition (la douille) vers l'extérieur pour ainsi laisser la place pour la suivante.
Bon bref...

Dans notre "triangle de feu", nous oublions un élément qui est la température, cette dernière doit être de 700° approx pour que tout aille bien.
Voici ce que j'ai compris.
Si je reviens à la belle flambée (comme dans les films) avec de chouettes et grandes flammes jaunes - orangées. Dans cette situation la température n'est pas suffisante, et il y a trop d'oxygène dans le foyer.


L'injection de gaz à brûler pour la double combustion va produire ainsi des "explosions". Le poêle va donc faire des gros "POUF" assez apeurant.
En clair, votre "petit camarade" vous rappelle à l'ordre en signalant qu'il ne fonctionne pas normalement dans ses conditions optimales, il est en "stress".
=> Vous avez trop chargé le foyer en bois...

Cela ne m'arrive plus vraiment trop (je fais attention désormais) mais dans ces situations, pas de panique,  voici ce que je fais :
OK c'est peut être complétement empirique...

  • Ouvrir à fond la porte du poêle pour faire rentrer de l'oxygène de la pièce et supprimer l'effet de confinement de l'espace => replacer le poêle à la même pression que la pièce
  • Ouvrir les fenêtres et les portes extérieures pour faire rentrer de l'oxygène frais de l'extérieur
  • Secouer les braises sous les buches pour les faire tomber dans le bac de récupération
  • Remuer la buche. Je vous le déconseille d'essayer de la faire sortir; il vaut mieux la "racler" un peu.

En clair "calmer les ardeurs" de la bête.
Pour cela, je ne saurais que vous conseiller d'avoir un minimum de matériel adapté.

En savoir plus sur le matériel à avoir obligatoirement...

Ok cela parait stupide mais - expérience vécue plusieurs fois...
Vous n'êtes pas là, votre poêle est "en mode souffrance - mode gros POUFS" et rappelle à l'ordre l'entourage qui se place "en mode panique" et qui ne sait plus quoi faire...