Août 2020 - Une Chelsea 23 cm de 1942

Une très jolie histoire...

Achetée où ?

Sur Ebay (fr) chez Philippe Gourio spécialisé dans les objets de marine en Bretagne vers Brest.
depotdesequipages@orange.fr
https://www.ebay.fr/str/LE-DEPOT-DES-EQUIPAGES

L'horloge

Il s'agit d'une 23 cm en bakélite.

L'horloge destinée à être offerte à la fille de très bons amis.

À noter

- Le fond jaune crème du cadran, ce qui est rare pour une horloge 23 cm (généralement le fond est soit noir soit blanc). Personnellement je n'en avais jamais vu.
- Le numéro de série (378494) indique qu'elle date de 1942, soit une "belle jeune fille" de 80 ans d'âge
- La bakélite du bâti n'est pas abimée
- La trotteuse ne me semble pas d'origine
- La clé d'armage me semble d'origine
- Le verre du cadran présente des traces de collage.

À noter 2

Le "patch" sur le cadran.

Voici sa belle histoire

Après la deuxième guerre mondiale, les USA ont fourni des bateaux aux pays européens dans le cadre de la doctrine Truman. Dans le cadre du MAP.
Le "Military Assistance Program" (en français, Programme d'Assistance Militaire) qui était un plan d'aide militaire — global ou bilatéral — des États-Unis, mis en place durant la Guerre froide. Il était établi dans le cadre du "Mutual Defense Assistance Act", pour soutenir ses alliés, ou ceux qui étaient considérés comme tels, dans la lutte contre le communisme, suivant la notion de «containment» issue de la doctrine Truman. Cette pratique, qui prévoyait la fourniture de matériels militaires à des conditions avantageuses, débuta conjointement avec le plan Marshall, visant à la relève économique de l'Europe, en 1949, et qui dura jusqu'aux années 1970.
Les USA ont donc ainsi fourni des bateaux à la France et à sa Marine Nationale.

Dans les années 1950, à partir des chantiers navals de Bellingham (Washington USA) des dragueurs de mines ont été produits et mis à flot, les « Mine Sweepper Ocean »  ou MSO (nettoyeurs de mines)

En voici deux

Le M609 Narvik et le M619 Vinh Long

Il y a eu un certain nombre de MSO fournis à la Marine Nationale française depuis les chantiers navals de Bellingham (Washington USA).

Citons ainsi : M609 Narvik, M610 Ouistreham, M612 Alençon, M613 Berneval, M614 Bir Hakeim, M615 Cantho, M616 Dompaire, M617 Garigliano, M618 Mytho, M619 Vinh Long, M620 Berlaimont, M621 Origny, M622 Autun, M623 Baccarat, M624 Colmar.
Tous portant le nom d'un "fait d'armes" de l'armée francaise lors de la deuxième guerre mondiale.

Ces derniers bateaux embarquaient donc des "horloges Chelsea".
Sauf qu'il n'était plus(-) possible de conserver les numéros d'inventaires de l'US Navy que l'on trouve traditionnellement sur une horloge Chelsea d'un navire US.

L'horloge a donc été "déclassifiée" par une commission maritime pour "sortir" des inventaires de l'US Navy = d'où le "patch"


Sur lequel des navires de la Marine Nationale l'horloge a-t-elle servi ? Bien sûr que nous ne le saurons jamais.
Mais voici quelques pistes.
Il est très difficile de trouver des informations précises concernant les MSO de la Marine Nationale française.
Un échappe à cette règle : le M619 Vinh Long
http://www.netmarine.net/bat/dragueurs/vinhlong/index.htm

Pour les autres il faut utiliser comme reférence : Le dictionnaire des bâtiments de la flotte
http://www.netmarine.net/livres/dico/index.htm

Dans cette situation il peut être intéressant d'examiner le MSO M612 Alençon
Dragueur de l'U.S Navy AM-453, transféré à la France le 1er janvier 1955 sous le nom d’Alençon à Casablanca et affecté à Brest où il fera toute sa carrière.

Est-ce lui ? Nous ne le saurons jamais. Mais il en faut un pour faire vrai, le M612 Alençon.

 


Dans les années 80-90, les bateaux de la Marine Nationale - et fournis par les Américains - sont devenus obsolètes.
Ils ont donc été démantelés de façon à récupérer le métal.

Ou bien concernant le M612 Alençon, en 1993, après des années de bons et loyaux service, il est retiré du service actif.
La coque sera ultérieurement utilisée comme cible de tir, et le 16 septembre 2001, l'ex-Alençon est coulé au large de Brest.

Classiquement et traditionnellement, l'horloge était offerte au capitaine du navire comme souvenir.
Cette dernière s'est ainsi retrouvée dans la succession du dit capitaine après son décès.

L'histoire est-elle vraie ? peut-être que non, mais elle est fort jolie...
Et comme disent les Piémontais : "se non è vero, è bene trovato". Si ce n’est pas vrai, c’est bien trouvé.

Un document historique

Voici une photo - qui date des années 1950 - du mess des sous-officiers du dragueur de mines MSO M614 Bir Hakeim.

En haut et à droite on voit nettement une autre horloge Chelsea 16 cm (une petite sœur). En dessous une carte de la Bretagne.


L'horloge Chelsea 23 cm a déjà eu trois vies

Première vie

L'horloge Chelsea 23 cm de 1942 a eu des états de service sur un navire US durant le temps de guerre. Lequel et quel type ? on ne le saura jamais.
Ce dernier navire ayant été démantelé au USA après la guerre, l'horloge a été récupérée pour une deuxième vie de façon à être ré-installée dans un MSO (neuf) qui sera, par la suite, fourni à la Marine Nationale française.

Deuxième vie

Chantiers navals de Bellingham Shipyards Co. (Washington USA)
1952 : construction du Dragueur de mines AM-453, mise à flot en 1953.
1954 : fourniture à la Marine Nationale française sous le symbole de coque M612 et baptisé "Alençon".
Admis au service actif en 1955 le jour de son arrivée à Casablanca, et affecté au secteur de défense maritime de Brest.
1981 : modernisation de l'armement.
Retiré du service actif en 1993 et démantelé de façon à récupérer le métal.
2001 : la coque remorquée est coulée comme cible de tir au large de Brest.

Troisième vie

Classiquement et traditionnellement, l'horloge était offerte au capitaine du navire comme souvenir.
Cette dernière s'est ainsi retrouvée dans la succession du dit capitaine après son décès en Bretagne.


Quatrième vie

L'horloge - pour sa prochaine vie - est désormais en région Auvergne-Rhône Alpes chez la fille de très bon amis .
Je suis persuadé que sa nouvelle propriétaire va la respecter et la regarder avec beaucoup de fierté.

Photos en situation à venir