Décembre 2020 - Une Chelsea 16 cm

Offerte par moi en cadeau à un fils d'amis chers et lors de la naissance de son fils.

C'est une 16 cm en bakélite, fond blanc, caractères bâton sur le cadran.


Son numéro de série 322570 indique qu'elle date de 1941, donc une belle jeune fille de 80 ans.

La trotteuse n'est pas d'origine, elle est en tulipe alors que les trotteuses Chelsea sont généralement en lune.

Partie arrière

Un logo (MICO) et un numéro de série : B-6902.
Il s'agit du n° de référence du moule utilisée par le prestataire qui a fabriqué le bâti en bakélite pour Chelsea.

En savoir plus sur les moules...

Achetée où ?

Chez un antiquaire d'objets de marine localisé dans le sud de la France (Alpes-Maritimes).
www.la-palmeraie.com - yann@la-palmeraie.com

Peut-on retracer l'historique de l'horloge ?

À moins de disposer d'informations précises de la part du vendeur, cela n'est pas très facile
Mais il est possible de faire des hypothèses qui permettent de raconter une jolie histoire.

Sur le cadran de l'horloge nous avons un numéro : SER. NO 6397 de la commission maritime US

Il ne s'agit pas du numéro de série de l'horloge mais de son numéro d'inventaire de la marine américaine.

En savoir plus concernant les numéros d'inventaire et de série d'une horloge Chelsea...

Clairement, cette horloge a donc été embarquée sur un navire US durant la Seconde Guerre Mondiale.
Le numéro de série réel (322570) gravé sur le mécanisme indique qu'elle date de 1941.
La graphie des caractères du cadran (en bâton) indique qu'il s'agit d'une horloge de bord de commandement, installée dans la salle de contrôle d'un navire. L'heure est à "voir" et non "à lire".
Elle provient d'un antiquaire d'objets de marine localisé dans le Sud-Est de la France (Alpes Maritimes).

Voici mes hypothèses

Première hypothèse

À partir du 15 août 1944, les troupes alliées lance le débarquement en Provence (nom de code opération Anvil Dragoon) dans le Sud-Est de la France (entre Toulon et Cannes).
Dans cette opération, l'armée des Forces Françaises Libres est largement représentée (près de 200 000 hommes et 34 navires français). Contrairement au débarquement de Normandie du 6 juin 1944 qui n'a mobilisé que 176 soldats français sous les ordres du commandant Kieffer.
L'horloge est embarquée dans un navire US qui participe au débarquement de Provence.
Le navire stationne ensuite à Toulon. Il est démantelé après la guerre afin de récupérer le métal.
La coque du navire et alors utilisée comme cible de tir par la marine française et coulé au large de Toulon.
L'horloge est récupérée par un employé du chantier de démantèlement. Elle passe donc dans sa succession, et lors de son décès, elle est vendue à l'antiquaire.

Deuxième hypothèse

Le vendeur m'a indiqué que l'horloge provient d'un antiquaire de marine localisé à Sebastopol en Crimée, sur les bords de la Mer Noire.
Il ne me semble pas difficile de penser que l'horloge ai été fourni aux soviétiques dans le cadre des accord d'échanges de matériel militaire durant la deuxième guerre mondiale.
Si oui, l'horloge aurait dû être déclassifiée et ainsi perdre son numéro de série : SER. NO 6397 de la commission maritime US.
Après la guerre, le navire est acheminé à Sebastopol pour être démantelé afin de récupérer le métal. Cela à plus bas coût qu'en France.
L'horloge est récupérée par un employé du chantier de démantèlement. Elle passe donc dans sa succession, et lors de son décès, elle est vendue à l'antiquaire.

Ces jolies histoires sont-elles vraies ?

Peut-être que oui ou non, mais elles sont fort jolies...
Et comme disent les Piémontais : "se non è vero, è bene trovato". Si ce n’est pas vrai, c’est bien trouvé.

En savoir plus sur la recherche de l'historique d'une horloge Chelsea...

Localisation désormais de l'horloge

En région parisienne, dans le logis d'un couple de jeunes.
Elle fait partie de la déco de l'appartement et elle est juste là et révélatrice de la personnalité de ses propriétaires.
Intrigante et sujette à des questionnements.